L’enseignement économique souffre-t-il d’un manque de pluralisme ?

Mes coups de coeur

Ces dernières semaines, en France, la volonté du gouvernement de créer une nouvelle section d’économie http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/universites-guerre-ouverte-chez-les-profs-d-economie-10392/, plus ouverte sur les sciences sociales, a provoqué une véritable levée de boucliers au sein des institutions universitaires.http://www.lemonde.fr/education/article/2015/01/06/querelle-de-chapelles-dans-l-enseignement-de-l-economie_4549902_1473685.html

En Belgique, et comme dans la plupart des pays occidentaux, le modèle néo-libéral semble aussi dominer les programmes des cursus proposés dans les facultés, hautes écoles et business schools.

Si la crise de 2008 est passé par là, peu ou rien n’a été fait depuis pour ouvrir l’enseignement à une économie moins orthodoxe ou critique envers le modèle libre échangiste.

Pourtant, il semble exister une réelle demande étudiante. Ainsi en mai dernier, un collectif de 41 associations étudiantes de 19 pays http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20140507.OBS6385/economie-des-etudiants-disent-non-a-la-pensee-unique.html, a publié un manifeste réclamant un « pluralisme théorique » https://pepseco.wordpress.com/2014/05/05/manifeste-international-signe-par-vingt-deux-associations-de-dix-huit-pays/. Selon ce collectif, « les pensées post-keynésiennes, écologiques, féministes ou marxistes » auraient tout autant droit de cité dans les amphithêatres universitaires, car ce qui serait « enseigné…

View original post 16 mots de plus